Et si Platon avait tort ?

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Les ordis libres : L'exposition

Mot-clé - Vie privée

Fil des billets

mardi, 16 juillet 2013

TTIP : La démocratie gênerait-elle le libre échange ?

Je vous disais dans ce billet qu'ACTA, qu'on avait dégagé, tentait de revenir en douce. En réalité c'est un petit peu plus grave que ça. Vous avez sûrement entendu parlé de l'accord de libre échange aussi appelé TTIP ou TAFTA ? Mais si rappelez vous il y a même pas un mois, suite à la découverte[1] que la Commission Européenne était sur écoute des États-Unis, les gouvernements européens ont crié au scandale en disant, je résume : «puisque c'est comme ça on bloque les négociations sur l'accord de libre échange». Je vous rassure ils ont crié un peu mais c'était juste pour la gloire, les négociations ont bien démarré la semaine dernière.
Le problème est que cet accord va encore une fois être négocié dans les ombres de la Commission Européenne, en dehors de tout contrôle démocratique. En tout cas c'est ce qui est annoncé sur leur site : ici. La CE va négocier et à la fin seulement le parlement aura le droit de dire s'il est d'accord ou pas... même processus que pour ACTA.
Donc, ce week-end j'ai décidé d'envoyer un «petit» mail aux députés Européens de ma circonscription (France, Sud-Est) pour leur faire part de mes inquiétudes et leur demander d'agir pour que le parlement soit inclus dans le processus de négociation.

Note

[1] je vous jure, y'en a en les entendant on aurait cru que c'était la découverte du siècle que les États-Unis écoutait plus ou moins illégalement le reste du monde...

Lire la suite...

jeudi, 11 octobre 2012

Absurde vous disais-je

Personne n'est prêt à renoncer à sa liberté de lire, ou voir ou écouter, pour quelques gadgets technologiques. Absurde...

Ceci était la dernière phrase de mon billet précédent. Et cette semaine je lis cet article de Rue89. Pas de grand article donc pour cette fois, je vous laisse juste lire celui-ci: MP3, ebooks... on a vérifié, ils ne vous appartiennent pas

Lire la suite...

samedi, 25 février 2012

Dire NON à ACTA

Ouh là là je viens de voir la date du dernier billet mis en ligne ça ne date pas d'hier. Alors pour commencer :

Bonjour à tous,

Cela fait donc plus d'un an que je n'avais pas écrit. Je salue donc tous ceux qui liront ce billet et je les remercie d'avance de n'avoir pas cru à ma mort. Pour les nouveaux lecteurs, bien le bonjour à vous et ravie de rencontrer (façon de parler mais quand même ravie).
Et donc je me dresse hors de ma tombe pour reprendre...
... à peu près là où j'en étais restée c'est-à-dire avec nos élus car c'est cette fois un mail à nos députés européens dont je vais vous faire part.

Sauf que depuis le temps a un peu passé et les priorités du moment évolué. La ligne de front a bougé. Aussi je vous présente le combat du moment ACTA.[1] ACTA est un accord commercial entre les pays signataires pour lutter contre les contre-façons et le piratage. Déjà vous commencez à flairer l'arnaque. Depuis HADOPI, quand on voit «lutte contre le piratage» on se méfie. Sauf qu'à côté d'ACTA, HADOPI faisait figure de jouet pour môme. Là on passe dans la cour des grands, c'est à l'échelle internationale que ça se joue.
Cet accord, si il a déjà été ratifié par certains pays, doit encore être signé par l'Union Européenne et pour ce faire, accepté par le Parlement Européen si j'ai bien tout compris. Et c'est là qu'on intervient.
Avant le vote proprement dit par le parlement une commission (la commission INTA) doit présenter un rapport et un avis, favorable ou défavorable. Et c'est pourquoi j'ai écrit aux députés européens français[2] pour leur faire part de mes inquiétudes sur ce traité. Je publie donc ici le contenu du mail que je leur ai envoyé.
Si des fois vous souhaitez en savoir plus sur ACTA je vous invite :

  1. À lire la dernière version du traité publié entre autres ici
  2. À consulter le dossier réalisé par la quadrature du net sur le sujet

Sur ce, bonne lecture :

Notes

[1] Anti-Counterfeiting Trade Agreement, en français dans le texte : Accord Commercial Anti-Contrefaçon mais admettez que ACAC ça sonne quand même vachement moins bien

[2] bêtement pas encore eu le courage de traduire mon mail en anglais pour écrire aux autres

Lire la suite...