C'est donc presque exactement 3 ans après le billet précédent que je ré-active ce blog. Sauf que je change un peu de sujet et de façon d'écrire : je vais publier des nouvelles. Enfin au moins une celle du jour. Pour ceux qui veulent passer directement à la lecture, sauter le prochain paragraphe.

Cette nouvelle catégorie est issue de la concomitance de deux événements. Tout d'abord ça fait un moment que tournent dans ma tête et dans celle de M. Ounim des questions autour de l'avenir de l'humanité telles que : « Que feront les êtres humains, quand on aura tout robotisé ?». Or ni la science, ni la politique, ni mes travaux syndicaux ne m'ont permis jusque-là d'apporter une réponse satisfaisante à cette question alors ça fait un moment que je me dit qu'il faudrait que j'essaye la science-fiction. Le deuxième point est le démarrage du second projet Bradbury de Neil Jomunsi. Le principe du projet Bradbury est d'écrire 52 nouvelles en 52 semaines. En partant du principe qu'on ne pourra pas en écrire 52 mauvaises et que ça permet de s'entraîner à écrire.

Alors volià je me lance pour mon projet Bradbury à moi. Le principe que je me donne : publier plusieurs nouvelles, idéalement une par semaine mais je vais pas non plus passer des nuits blanches pour y arriver, tournant plus ou moins autour du même univers. L'idée étant de tester des futurs possible il est probable que certaines nouvelles soient des dystopies au sein du même univers. J'aime bien l'idée d'avoir des personnages récurrents d'une nouvelle à l'autre mais je ne m'interdis pas d'en écrire qui n'ont rien à voir. Et après et bah on verra bien… les premières seront probablement pas top mais j'espère bien progresser sur la durée.
À noter que comme tout le reste du blog, cette nouvelle est sous licence CC-BY-SA et que pour ceux qui préfèrent un pdf est disponible à la fin de l'article.


S.A.I.R.V0

Époque: U-1 / An 2054 / 1er septembre

Lorsque la musique se mit en marche, accompagnant l'allumage progressif du plafonnier Meriée était déjà en train de prendre son petit déjeuner : pain complet avec un peu de matières grasse et des protéines, c'était la bonne décision pour ce grand jour. Elle démarrait enfin l'année dans la prestigieuse École Nationale de Robotique et d'Ingénierie Spatiale. Les concours n'avaient pas été facile mais elle s'en était bien tirée puisqu'elle avait obtenue une place et pas si mal placée pour une élève venant d'un lycée de province. Elle vérifia sa liste une dernière fois : jean, pull décontracté, chaussures rouges pour une note d'originalité, évidemment son Sairvo. Pas de maquillage? Bon pas de maquillage si c'était écrit sur la liste…

Ce premier lundi matin lui paraissait déjà loin quand elle s'écroula dans son fauteuil le vendredi soir. Forcément après une semaine de cours elle était fatiguée mais quand même rester à la maison ce soir c'était un peu dommage; ça lui permettrait d'être en forme pour la journée d'intégration du lendemain qui promettait d'être sportive; mais c'était dommage. C'est sûr les paramètres étaient nombreux mais on pouvait s'attendre qu'une jeune fille comme elle, pas spécialement extravertie mais pas timide non plus, tout juste arrivée dans une nouvelle école passe la soirée avec les autres. Sinon comment s'intégrer ? Allez, au lit c'était plus raisonnable il fallait bien le reconnaître. Le lendemain, réveillée de bonne heure, puisqu'elle avait sagement suivi la bonne décision, elle était montée à l'heure dans le car, ce qui était loin d'être le cas de tout le monde. Au bout d'un quart d'heure les autres commencèrent à arriver. C'est une élève qu'elle ne connaissait pas qui s'assit près d'elle.

— Salut je m'appelle Ad'laïde et toi ?
— Mériée, désolée je suis pas allée à la soirée d'hier donc je n'ai pas rencontré grand monde.
— Moi non plus, c'était la bonne décision.

Elles papotèrent pendant tout le trajet, leur discussion devint plus animée quand elle en arrivèrent au sujet crucial : que faire quand elles auraient leur diplôme ? Évidemment la bonne décision n'était pas encore connue mais ça n'empêchait pas d'imaginer, et ça permettait de se faire des amis. Le lundi suivant démarrait par un cours de robotique. Même si c'était un peu rétro comme matière, Mériée aimait bien. S'imaginer qu'il y avait des gens qui avaient « inventé » les robots ! Et plus extraordinaire encore il y avait eu une époque sans robots ! Bon ceci dit, passé la première surprise, l'apprentissage des bases de la robotique pouvait s'avérer rébarbatif. Et même si leurs profs leur répétaient qu'il fallait comprendre les bases avant de pouvoir songer à piloter les équipes de fabrication, les détails passaient un peu au dessus de la tête de Mériée. Les cours de pilotage astronomique, qu'elle avait en commun avec Ad'Laïde la passionnait beaucoup plus. Elles s'étaient également inscrites toutes les deux à l'ap-volley. En plus l'école avait un terrain d'entraînement avec système anti-gravité deux fois plus grand que celui de son lycée, ce qui permettait s'entraîner dans les conditions à peu près équivalentes à celles des compétitions.

Après trois mois de cours, les premiers examens approchaient. Mériée et Ad'Laïde, révisaient ensemble dans une salle de classe de vide quand Ad'Laïde demanda à brûle point si Mériée ne trouvait pas bizarre la décision d'aller à l'entraînement d'apVolley le lendemain plutôt que de révisé le partiel qui avait lieu la semaine prochaine. À l'approche des examens elle se sentait un peu fébrile et même si le sport était important elle aurait penser que réduire à une séance d'entraînement par semaine était suffisant. Mériée était un peu d'accord mais après tout ça pouvait leur faire du bien de se défouler un peu avant les examens. Mais maintenant qu'elle y pensait il y avait eu quelques décisions bizarres ces derniers temps, et le summum fut atteint le lendemain matin : elle attendait Ad'Laïde depuis un moment quand elle se décida à monter la chercher dans sa chambre. Elle se retrouva alors devant un fouilli de vêtements et de tournevis éparpillés dans toute la pièce.

— Qu'est-ce qui t'arrive ?
— Il y a un bug avec mon S.A.I.R.V.O. ! Ce matin j'ai pas fait gaffe j'ai suivi la bonne décision pour m'habiller comme d'hab' et quand j'ai eu fini, j'avais un pantalon jaune fluo avec un soutien-gorge rouge et un serre-tête violet…
— hum … ouais c'est sûr
— j'essaye de modifier le réglage depuis tout à l'heure mais le menu est bloqué… je comprends pas. Je suis sure qu'il y avait un paramètre pour le style vestimentaire.
— bah laisse tomber, tu verras ça avec la maintenance, habille-toi on va être en retard!
— mais je mets quoi ?
— heu… attends j'en sais rien moi, ça fait des années que j'ai pas choisit comment m'habiller.
— bah moi non plus, tu crois quoi ?
— tu sais quoi, habille-toi comme moi, et on règlera ça plus tard, l'exam de robotique commence dans dix minutes!

Une fois l'examen terminé, et probablement raté d'après Mériée, elles se penchèrent ensemble sur le bug du S.A.I.R.V0. d'Ad'Laïde. À force de fouiller dans tous les menus de réglages elles arrivèrent à deux conclusions : la plupart étaient devenus inaccessibles, et la personne qui avait fait la dernière mise à jour sur la mode vestimentaire avait un humour particulier. Elles l'amenèrent donc à réparer au centre de robotique de l'école. Ce fut l'affaire de dix minutes, il suffit au technicien de le brancher au réseau central pour que la mise à jour se fasse automatiquement. Mais Mériée eu du mal à s'endormir ce soir là. Pourquoi les menus de réglage du Sairvo étaient-ils inaccessibles? La plupart des décisions qu'elle prenait étaient dictées par le Sairvo, aussi bien sa tenue du jour, que le choix des matières à étudier, les loisirs qu'elle s'accordait le week-end. Les grandes décisions faisaient intervenir trop de paramètres pour un cerveau humain. S.A.I.R.V0, connecté au réseau central possédait une puissance de calcul bien supérieure. Et l'habitude étant prise c'était plus facile de la laisser choisir aussi le menu du petit dèj'. S.A.I.R.V0 était programmé pour prendre toujours la bonne décision et jusque-là ça lui avait convenu. Elle avait réglé au départ quelques préférences personnelles et les Objectifs Principaux à atteindre, rentrer à l'École Nationale de Robotique et d'Ingénierie Spatiale avait été l'un des objectifs primordiaux. Elle se dit qu'elle en parlerait au professeur de robotique après les examens.

Et puis après les examens, il y avait eu les vacances du Froid et la reprise des cours, et Nolan et elle avait oublié. Ce n'est qu'au mois de mars qu'elle se souvint du problème des paramètres, quand S.A.I.R.V0 lui donna le programme de la journée et qu'il n'y avait aucun cours dedans, seulement des entraînements sportifs. Il y en avait eu de plus en plus les derniers mois et elle commençait à avoir du mal à suivre les cours mais là, plus du tout ? Comme allait-elle rattraper une journée complète de cours manqués ? En regardant de plus près elle vit que le lieu d'entraînement avait changé également, c'était au centre sportif et non plus à l'école. Lorsqu'elle se rendit là-bas on l'informa qu'elle avait été sélectionnée pour un programme d'entraînement particulier comprenant un entraînement physique intensif, des cours renforcés en orbitographie et astronautique et une préparation spatiale… … … C'était donc ça ! Elle allait dans l'espace ! Finalement elle comprenait la décision d'arrêter l'école, c'était mieux que tout ce qu'elle avait espéré, même si c'était étrange car elle n'avait jamais émis ce souhait dans les orientations générales indiqué au S.A.I.R.V0. En même temps elle n'allait pas cracher sur une occasion pareille.

Elle commença donc à suivre le programme d'entraînement avec assuidité. Il y en avait besoin, elle n'était pas au niveau avec ces quelques séance d'apVolley par semaine. Elle attendait avec impatience les cours spécialisés, quand, en discutant avec un autre élève elle appris qu'ils avaient déjà démarrés depuis plusieurs semaines. Il ne fallait cependant pas qu'elle s'inquiète. Le programme était conçu de telle façon qu'il suffisait de laisser son S.A.I.R.V0 décider de quand aller en cours et quand suivre l'entraînement, de cette façon étaient intégrés différents paramètres comme le moment ou le cerveau était le plus à même d'apprendre, celui où le corps était le plus en forme, etc. Au bout d'un mois, elle n'avait toujours participé à aucun cours et recommença à s'inquiéter. Elle avait essayé d'appeler Ad'Laïde mais la seule fois où elles avaient réussi à se joindre le communic' avait planté au moment où elle abordait ce sujet.

Mériée s'était donc levée ce matin-là avec la ferme intention d'aller parler à un professeur d'astronautique pour demander à suivre le cours lorsqu'un message arriva par le communic de S.A.I.R.V0 : « Mériée Hyprion, vous devez vous rendre au terminal 3 de l'astroport d'Inverness avec les affaires nécessaires à un voyage de 10 ans. Au vu de vos capacités physiques supérieures, la bonne décision est de vous envoyer travailler en tant qu'ingénieure en chef sur les mines de Mars. Des instructions plus détaillées vous parviendront sous peu. » « … … … Non… Non, Non, Non… Une erreur, c'est forcément une erreur… Envoyer une réponse :

— ceci est probablement une erreur, j'ai toujours souhaité et souhaite toujours être astronome, travailler dans les mines n'est pas un Objectif Primordial »…
— C'est la bonne décision, veuillez vous rendre au Terminal 3 de l'astroport d'Inver … bip »

Elle avait coupé le communic'. Qu'est-ce qu'elle allait faire maintenant ? Une seule chose était certaine, elle n'irait pas sur Mars, elle ne pouvait pas aller sur Mars. Elle savait qu'on envoyait là-bas des humains car les robots avaient tendances à se dégrader vite à cause des radiations et qu'il fallait les réparer en permanence mais elle savait aussi qu'un poste d'ingénieure en chef était un leurre. Qu'on envoyait là-bas les gens dont on souhaitait se débarrasser sur Terre. Elle enfourna au hasard quelques affaires dans un sac, elle devait se cacher elle en était sure. Pourquoi, elle ne savait pas dire mais elle était à peu près certaine que ne pas suivre la bonne décision à ce moment-là était dangereux. Elle l'avait déjà fait bien sûr quand elle était adolescente, pour voir, mais toujours sur des sujets un peu annodin. Quand elle eu jeter son sac dans le coffre et qu'elle fut installée au volant elle eu un moment de panique absolue, elle ne savait pas où aller ne pouvait pas s'enfuir comme ça. Quand le communic' sonna, elle sursauta tellement fort qu'elle faillit le jeter par la fenêtre. Le visage d'Ad'Laïde apparu, tout aussi paniqué que le sien. Elle aussi fuyait. Fuir quoi ? Elles ne savaient pas au juste mais là tout de suite ça n'avait pas d'importance. Elle prirent la route vers nulle part, changeant de direction en jouant aux dés, roulant pendant des jours, ne s'arrêtant que le temps d'acheter de quoi manger.

Elles avaient bien sûr eu le temps de réflechir pendant ces heures de routes. Il devait y avoir un bug dans les S.A.I.R.V0, comme avec les vêtements mais en plus grave. Ad'Laïde était la plus douée en robotique et après un moment de terreur un peu sacrée elle avait ouvert le S.A.I.R.V0. Elles avaient soigneusement déposé de côté la plaque de paladium avec le numéro de série gravé juste après le nom du modèle :

S.A.I.R.V0 Système d'AIde à la Réaction - Version Zéro - 520-042

et s'était branchée avec un vieil ordinateur sur la mémoire centrale. Ce qu'elles avaient vu les avaient terrifiées : les Objectifs Principaux avaient été changés. Comment ? Par qui ? Elles n'arrivaient pas à l'imaginer. Dans le cas d'Ad'Laïde Devenir roboticienne avait été remplacer par Faire du jardinage. Pour Mériée c'était encore plus étrange, l'Objectif Primordial était devenu S'éloigner de TerreZéro.

Sans s'en apercevoir elles s'étaient dirigées vers le nord de l'Écosse et il commençait à faire sacrément froid. Il faudrait bientôt qu'elles s'arrêtent dans une vraie ville pour acheter des vêtements plus chaud. Mais y avait-il seulement des vraies villes dans cet endroit. Un peu perdues au millieu des landes désolées elles commençaient à en douter quand elles virent au loin quelques immeubles en mauvais état mais où brillaient des lumières étranges. En s'approchant, elle purent constater que les lumières étaient produites par des feux de bois aussi archaïque que cela paraisse.

Après avoir garé leur voiture à l'abri, elle entrèrent dans l'immeuble d'où venait la lumière. Il y avait plusieurs pièces éclairées mais de celle du fond provenait des voix. Elle poussèrent la porte et se retrouvèrent instantanément le centre de l'attention d'une petite assemblée disparate, vêtue de récup et assis sur des sièges déglingués. Après une bonne minute de silence, Mériée se décida à prendre la parole : Euh … Bonsoir ? Une femme au fond se leva, s'approcha un peu d'elles et leur demanda très doucement qui elles étaient. Mériée avait réflechit à un mensonge plausible pour justifier la présence de deux jeunes filles dans ce coin perdu, elle ne sut jamais si c'était le ton de la femme, la bizarrerie de l'assemblée ou simplement la fatigue mais d'un coup elle se mit à raconter leur histoire, depuis l'anecdote des vêtements, jusqu'à l'exil sur Mars. Tout le monde l'écouta avec attention et elle cru voir de la compréhension sur certains visages. Lorsqu'elle eu finit la femme s'approcha d'elle et lui dit : « Ce sont les S.A.I.R.V0 eux-mêmes qui modifient les Objectifs Primordiaux, nous ne savons pas encore pourquoi mais … bienvenue dans la Résistance ».

FIN