Y'a des trucs qui énervent dans la vie et, je pense que personne ne me contredira là dessus, parmi ces trucs il y a les imprimantes. La notre marchait plutôt bien jusqu'à ce que tout d'un coup plus rien. C'est la tête d'impression qui est naze,... c'est 70€ une tête d'impression,... c'est moins de 100€ une nouvelle imprimante. Nous voilà donc partis, comme tout le monde pour l'achat d'une nouvelle imprimante. Et le vendeur, tout sourire qui nous explique que «de toute façon dans cinq ans elle sera foutue ou alors que le fabriquant il fera plus les cartouches». Bienvenue dans le monde de l'obsolescence programmée.

Et puis, ce matin dans le journal[1] je tombe sur un article intitulé : « Face à l'obsolescence : réparer, recylcer, inventer». Et là j'ai eu envie d'ajouter « Libérer ». L'article explique en effet un phénomène qui commence à être connu : pour nous poussez à la consommation, des fabriquants divers et variés conçoivent leurs produits pour qu'ils tombent en panne ou ne soient plus utilisables au bout d'une durée définie. Parmi les exemples cités, on trouve les bas en nylon qui étaient à l'origine très solides et qui maintenant se filent après avoir été portés deux fois; ou encore les imprimantes et les ordinateurs.

Pour ces derniers la technique est simple, il suffit de développer des logiciels de plus en plus gourmands. Assez rapidement, on se retrouve avec un ordinateur qui marche très bien mais qui n'est pas assez puissant. Comme nous n'avons évidemment pas envie de nous passez du logiciel tout neuf que nous venons d'acheter, nous achetons un nouvel ordinateur.
Du coup, la réponse vient d'elle-même : logiciels libres. Attention, je ne dis pas ici que c'est LA[2] réponse mais je suis sure que ça peut en faire partie. La logique de développement d'un logiciel libre est avant tout de répondre à un besoin, d'abord celui d'un développeur puis celui de toute une communauté qui va se former autour de ce logiciel, se l'approprier, proposer des modifications, voire les implémenter elle-même. Le but du développement n'est pas de générer du profit et donc de vendre toujours plus d'ordinateurs et de logiciels. Il n'y a donc pas d'obsolescence programmée. Bien sûr il peut exister une obsolescence de fait, à force de développer un logiciel il va peut-être demander plus de mémoire, ou un processeur plus rapide, mais d'une part ce n'est pas obligatoire, Emacs est un éditeur de texte surpuissant et n'a pas besoin d'une bête de guerre pour tourner, d'autre part, ce n'est en aucun cas une stratégie commerciale et il existe même des distributions Linux adaptées spécialement pour les vieux ordinateurs pas très puissants.
Et les imprimantes dans tout ça me direz-vous. Parce que c'est bien beau tes logiciels libres mais ça change pas le problème de ma tête d'impression qui est cassée. Et si on se projetait un peu dans le futur pour voir : dans le futur on dirait que les plans de l'imprimante sont disponible sur internet, sous licence libre, et que n'importe qui aurait le droit de refabriquer ce qu'il veut. On pourrait alors aller voir le hacker space à côté de chez soi avec les plans de la pièce cassée et ils nous aideraient à en fabriquer une nouvelle[3] et à la monter dans l'imprimante. Et puis au hacker-spaces on aurait discuté avec un copain qui est en train de bidouiller son lave vaisselle et comme nous on a démonté le notre et qu'on a des pièces en rab on pourrait lui en donner. Et puis,... oui d'accord je rêve un peu.

Mais pas tant que ça. Les hacker-spaces, ça existe, l'article parle des ateliers de réparation solidaire, il y a partout des petites initiatives pour faire autrement que de se soumettre à cette loi de la consommation qu'on nous impose. Alors bien sûr, les lobbies à l'œuvre dans cette histoires sont bien plus puissants que ces petits ateliers, bien plus puissants que les bidouilleurs du dimanche,... mais ils sont aussi bien moins nombreux!

Mlle Ellute,

Notes

[1] L'Huma Dimanche du 24 janvier pour être exacte, et oui je lis le journal avec pas mal de retard

[2] oui ok, c'est ce que j'ai dit mais c'est pas tout à fait ce que je voulais dire, enfin bon vous comprenez quoi

[3] avec leur toute nouvelle imprimante 3D libre par exemple