Internet s'invite dans la campagne

Introduction

Vous l'aurez remarqué LE sujet du moment c'est la campagne présidentielle et je me devais d'en parler car ce blog est aussi, évidemment, politique[1]. Et pour ce billet, j'ai voulu allez voir d'un peu plus près ce que les candidats avaient à dire sur les mêmes sujets que j'essaye de traiter sur ce blog, internet, sa neutralité, les logiciels libres, la liberté d'expression sur internet, tout ça. Je sais que l'initiative Candidats.fr a un peu le même but mais il s'agit alors de poser des questions aux candidats. D'une part je n'ai pas les moyens de le faire, et qu'ils me répondent, d'autre part le but était justement de voir ce qu'ils diraient par eux-même sans qu'on leur pose la question. Je me suis donc lancée dans l'entreprise herculéenne [2] de lire tous les programmes. Enfin, presque herculéenne vu qu'ils ne sont que 10 et non 12, et de voir ce qui était dit dedans, en particulier sur deux sujets: internet et les logiciels libres. Après en avoir lu quelques uns je me suis dit que ce serait peut-être un peu court donc pour agrémenter j'ai choisit de rechercher sur chacun des sites internet de campagne les deux mots clés suivant «internet» et «logiciel libre». Ni plus ni moins et les mêmes pour tout le monde. Le résultat de cette recherche dans les programmes et sur les sites est assez long. J'ai donc rédigé un document complet qui donne à la fois tous les liens nécessaires et tous mes commentaires et qui est en pièce jointe. Ce billet est donc une synthèse de tout ça[3].

Avant de commencer un petit avertissement, je ne prétend pas ici à l'impartialité, quelque part c'est mon blog et j'y défend aussi mes idées. Par contre j'ai essayé de garder un minimum d'objectivité, j'essaye donc de séparer le plus possible ce qui est factuel, dit dans les programmes ou sur les sites, de mes commentaires.

Les candidats dont j'ai étudié les programmes sont donc par ordre alphabétique:

  • Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière)
  • François Bayrou (MOuvement DEMocrate)
  • Jacques Cheminade (Solidarité et Progrès)
  • Nicolas Dupont-Aignan (République Solidaire)
  • François Hollande (Parti Socialiste)
  • Eva Joly (Europe-Écologie Les Verts)
  • Jean Luc Mélenchon (Front de Gauche)
  • Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste)
  • Marine Le Pen (Front National)
  • Nicolas Sarkozy (Union pour un Mouvement Populaire)

Je vais juste commencer par traiter 2 cas un peu à part:

  • Nathalie Arthaud, pas que je ne l'aime pas mais je n'ai rien trouvé ni dans son programme ni sur son site qui se rapproche du sujet de cet article. Donc voilà j'en parlerai pas plus par la suite du coup.
  • Marine Le Pen, elle pour le coup je ne l'aime pas. J'ai quand même lu son programme, ou du moins j'avais commencé, et pour tout dire il y a un moment où ça a dépassé mon seuil de résistance. Alors oui il y a un paragraphe dans son programme qui dit qu'il faut abroger des lois liberticides que sont HADOPI et LOPPSI 2, qu'elle est pour la liberté d'expression sur internet tout ça. Mais quand on a passé les deux heures précédentes (parce que c'est long cette connerie) à lire tout un tas de projets de loi pour priver tout un tas de gens de tout un tas de libertés, et bien le paragraphe en question, on s'étrangle un peu dessus. Et je me suis tellement étranglée que j'ai décidé de ne pas l'inclure avec les autres.

Tous contre HADOPI?

C'est LE sujet qu'aucun candidat ou presque n'a manqué dans son programme. Je sais la loi HADOPI concerne théoriquement le droit d'auteur et pas vraiment la liberté d'Internet. Mais vous avez sans doute dû lire par-ci par-là que cette loi était dangereuse pour les libertés en question donc j'en parle. Et comme c'est le seul sujet qui est traité par tout le monde, c'est plus facile pour commencer. En plus ils sont à peu près tous d'accord au moins sur un point : il faut abroger HADOPI.
Là où ça commence à bugger, c'est quand on cherche à savoir pourquoi car pour la plupart d'entre eux ce n'est jamais expliqué. Dans «la plupart» il y a Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon, François Hollande, François Bayrou et Éva Joly. On aimerait des liens vers des articles de fond expliquant de quoi il s'agit, quelles sont les implications de cette loi, etc. D'autant plus que les programmes sont en ligne et que c'est facile à faire. Et cette remarque est valable pour l'intégralité des programmes et l'intégralité des thèmes traités. Il y a pas mal de sujet sur lesquels je me suis dit oui, d'accord et en fait ça veut dire quoi? C'est une remarque très générale mais franchement si un rédacteur de programme me lit: tous les citoyens ne sont pas experts sur tous les sujets qui sont traités, aidez-les!
Il y en a quand même deux, Jacques Cheminade et Philippe Poutou chez lesquels on trouve quelques explications. Ils insistent tous les deux sur le fait que le filtrage mis en place est dangereux pour les libertés individuelles. Ils expliquent en plus, que ces lois opposent créateurs et public alors que généralement ce ne sont pas les créateurs directement qui sont détenteurs des droits ils ont délégué ça à des producteurs. J'en profite pour rappeler qu'à la base le droit d'auteur était là pour obliger les producteurs qui gagnent de l'argent avec les œuvres à en reverser une partie aux auteurs.

Même ceux qui ne disent pas pourquoi ils sont contre, proposent en général autre chose à la place; les contre-propositions expliquant normalement à la fois comment permettre l'accès du public aux œuvres et comment rémunérer les artistes. On peut les répartir en deux groupes : plate-forme de téléchargement publique et licence globale.

Plate-forme de téléchargement publique

La première proposition est donc de mettre en place une grand plate-forme de téléchargement publique. Alors dans le détail, je ne sais pas en quoi ça consiste mais ce qui me vient à l'esprit tout de suite c'est : Ce n'est pas Internet. Internet est en effet prévu pour être un réseau acentré, c'est-à-dire un réseau où chacun a des données chez lui et les partage avec tout le monde. Pas un serveur géant au milieu qui stocke toutes les données de tout le monde[4]. Ça c'est du minitel en couleur haute définition.
C'est la proposition défendue par Jean-Luc Mélenchon et Jacques Cheminade, aucun des deux ne détaillant exactement en quoi ça consiste.

Par contre Jean-Luc Mélenchon y ajoute une grande concertation pour trouver le meilleur moyen de rémunérer les artistes, rémunération basée sur la mise à contribution des FAI, des opérateurs de télécom, et des marchés publicitaires. Sur la concertation, je pense que c'est une bonne idée, j'ai lu quelques articles de gens qui avaient réfléchi sur le sujet et qui ont sûrement des trucs à proposer; même si quitte à faire une concertation je ne mettrais pas d'à priori sur la table sur la façon de faire.
Jacques Cheminade quant à lui, présente un paragraphe sur pourquoi la licence globale ne lui parait pas une bonne idée mais je n'ai pas eu le temps de me renseigner assez pour savoir si ses arguments étaient fondés, je vous laisse donc lire vous même.

Licence globale

L'autre idée qui ressort dans beaucoup de programmes est la licence globale. Même si tout le monde n'a pas l'air de mettre exactement la même chose derrière, en gros on peut voir ça comme quelqu'un paye un abonnement (qui peut être payé par l'internaute, prélevé chez les FAI, ou autre) pour avoir le droit d'accéder aux œuvres de façon globale. Ce que je trouve très dommage ici c'est que c'est un mécanisme assez compliqué qui présente beaucoup de subtilités et que la majorité des candidats qui le défendent n'en explique rien. Encore une fois on aimerait au moins des liens vers des études ou des articles expliquant un peu les détails mais bon. Ceux qui défendent la licence globale ou un truc ressemblant sont N. Dupont-Aignan, F. Hollande (je crois), E. Joly et P. Poutou.

Pour Nicolas Dupont-Aignant, c'est vraiment très court dans ce sens qu'il propose ce mécanisme pour rémunérer les artistes, mais qu'il ne précise pas comment se fera l'accès aux œuvres, et ça manque.
Pour François Hollande c'est un peu flou: dans le programme il est écrit qu'on rémunère au prorata de l'accès à l’œuvre en faisant payer les intermédiaires. Donc un genre de licence globale mais en moins clair: comment sera compté l'accès aux œuvres, est-ce qu'on aura aussi un genre de grande plate-forme publique de téléchargement, est-ce qu'il faudra payer quand même un accès à un site ou quelque chose comme ça. C'est pour moi trop flou et ça ne précise pas du tout comment on diffuse la culture. Seul point positif, en fouillant un peu sur le site on trouve l'annonce qu'il veut organiser une grande concertation avec tout le monde.
Eva Joly quand à elle apporte à mon avis 2 précisions importantes: il est écrit que les internautes participeront à ce financement. Dans les autres c'est pas écrit mais à mon avis c'est quand même pensé très fort. Et surtout il est écrit noir sur blanc que le partage non marchand sera légalisé. Ça y est enfin quelqu'un qui propose un moyen de diffuser les œuvres en question. Car c'est très bien de vouloir rémunérer les artistes, ils doivent vivre et le monde ayant besoin de culture, il est normal que la société les paye. Mais si personne n'a accès à leurs œuvres c'est quand même dommage.
Et pour finir, Philippe Poutou. Il n'y a pas exactement de programme mais on trouve un article sur le site qui résume toutes les positions sur le numérique en général. L'article est assez complet sauf sur HADOPI car ça dit juste qu'on abroge HADOPI et qu'on remplace par une licence globale. Par contre en fouillant un peu, on trouve un article qui explique le mécanisme mis en place. C'est un peu subtile et ce n'est pas l'objet de ce billet de détailler mais si ça vous intéresse le lien est dans la pièce jointe (à la fin du paragraphe sur Philippe Poutou). On n'est d'accord ou pas avec la licence globale mais il y en a au moins un qui explique ce qu'il met derrière.

Alors évidemment il y en a quand même un qui ne veut pas abroger HADOPI, forcément. Alors il n'y a rien de spécifique là dessus dans son programme, et pour cause il l'a déjà faite passer sa loi. Par contre on trouve sur son site tout un tas d'articles qui expliquent à quel point HADOPI c'est génial. Ça a notamment fait baisser le nombre de téléchargements illégaux, baisser les mises à dispositions illégales de fichiers et augmenter la fréquentation des sites légaux. 2 points que je trouve très dommage : l'article ne donne pas le lien vers le rapport complet d'où sont sortis les chiffres. Cela rejoint ma critique générale sur le manque d'infos, et j'ajouterai donc le manque de sources, et le deuxième : ça ne donne pas le nombre d'artistes supplémentaires qui ont pu développer leur art grâce à cette loi, ni combien ils ont reçu de sous en plus.

C'est quoi Internet? Ça veut dire quoi neutralité?

Le deuxième point qui est traité par beaucoup de candidats est le thème de la neutralité d'internet ce qui est très bien. Ou qui devrait être très bien. Car quand on lit on s'aperçoit qu'aucun mais alors aucun n'explique en quoi ça peut bien consister. C'est d'ailleurs loin d'être aussi évident qu'il n'y parait et je vais programmer un prochain billet sur le sujet. Pour le moment je me contente de constater qu'aucun candidat ne prend la peine dans son programme d'expliquer. De là à se demander si ils le savent eux-même,... Enfin je résume quand même ce qu'ils en disent:

  • Pour N. Dupont-Aignan, c'est écrit dans le programme qu'il faut assurer la «neutralité du net». Voilà c'est tout. Pas un mot de plus, pas un lien.
  • Pour F. Hollande c'est quasiment la même chose sauf que ce n'est pas dans le programme mais dans les articles trouvés sur le site. En revanche, dans l'article en question il s'engage formellement pour la neutralité d'internet. On le lui rappellera si besoin.
  • Dans le programme de J-L. Mélenchon, rien sur le sujet. Dans le site on trouve quelques référence et surtout un article qui défend une gestion démocratique d'internet même si je ne sais pas trop ce que ça veut dire. Ça sonne bien mais techniquement à quoi ça correspond, mystère... Par contre, j'ai trouvé un article intéressant qui mentionne que le site de campagne du Front de Gauche (appelé l'Usine) est connecté à Internet via FDN qui est un fournisseur d'accès associatif. Et cela va, pour le coup de façon très concrète, dans le sens de la neutralité du net puisqu'on confie les tuyaux à une association, à but non lucratif, dont on est membre. On sait donc exactement ce que le FAI fait avec ce qui passe dans les tuyaux.
  • Pour P. Poutou c'est un tout petit eu flou aussi. On a d'une part la nationalisation de France Télécom/Orange de façon à assurer la neutralité du net. D'autre part un grand service publique de l'internet. Je ne sais pas du tout en quoi peut consister un service publique de l'internet et c'est très flou dans leur article. D'un côté ça à l'air d'être un FAI public et de l'autre un fournisseur de «solutions» pour publier des sites, diffuser de l'info. Mais tout ça est déjà pas mal fournis par un certain nombre de logiciels libres. De même le FAI public, très bien pourquoi pas, mais j'ai l'impression que ça ne doit pour autant pas être le seul FAI, au risque de voir se développer un internet «chinois».
  • Pour N. Sarkozy, alors c'est très très fort. Je cite :

Nous proposons d’établir une procédure unique faisant intervenir systématiquement l’autorité judiciaire – hors circonstances exceptionnelles – pour la mise en place de blocage ou de filtrage sur le réseau. Nous voulons faire de la neutralité d’Internet un objectif politique pour garantir la liberté d’expression et un environnement favorable à l’innovation.

Parler d'abord de filtrage et de blocage et enchaîner sur la neutralité du net c'est quand même osé et ça passe mal! Surtout quand on a lu le rapport sur la neutralité du net de Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, qui je le rappelle est la porte-parole de Nicolas Sarkozy. Je vous invite à le lire, et à lire également le commentaire de Benjamin Bayart sur le sujet. Moi ce qui m'avait frappée dans ce rapport, c'est qu'après le premier paragraphe qui dit il faut préserver la neutralité du net, tout le reste du rapport essaye d'expliquer pourquoi on ne le fera pas finalement... Donc du coup la petite phrase qui va bien dans le programme j'ai encore plus de mal.

Tous les autres candidats (F. Bayrou, J. Cheminade, E. Joly) ne parlent pas du tout de neutralité du net.

Logiciels libres

Là on rentre dans des choses beaucoup plus confidentielles. C'est Eva Joly qui arrive clairement en tête sur le sujet. D'abord il y a une mention dans le programme, disant que l'usage des standards ouverts et des logiciels libres sera généralisé. Ensuite dans les articles du site on trouve pas mal de référence aux logiciels libres, à la notion de bien commun en général. Également le compte-rendu d'une rencontre avec Richard Stallman qui est quand même le fondateur du logiciel libre quelque part. «Les verts» semblent être ceux qui considèrent le plus les logiciels comme devant être libres car étant un bien commun à tous, ce qui se rapproche de pas mal de leurs idées sur d'autres sujet, comme la non brevetabilité du vivant.
L'autre candidat dont le site renvoie une réponse lorsque l'on cherche «logiciel libre» est Jean-Luc Mélenchon. L'article sur lequel on tombe n'en parle pas directement mais il est très intéressant. En effet, on arrive sur un article qui invite à rejoindre le Front de Gauche du numérique. Du coup j'ai suivi les liens, zieuté un peu. Et je suis tombé sur le wiki du front de gauche du numérique qui m'a l'air d'être une communauté de gens du front de gauche chargée de réflechir sur le domaine du numérique. N'importe qui à l'air de pouvoir participer, à condition de se présenter. Bref quelque chose d'intéressant tant sur la forme (wiki, communauté, tout le monde peut s'exprimer) que sur le fond (cela montre que le front de Gauche entreprend une réflexion prolongée sur ces sujets). Donc voilà, je mentionne ça qui, concrêtement se base sur les possibilité d'internet en matière de réflexion commune et donc de démocratie, quelque part.

Pas un mot sur le sujet chez les autres candidats.

Conclusion

J'ai fait le tour ici des grands sujets traités dans les programmes. Je n'ai pas parlé d'open data, quelques candidats le mentionne mais c'est tellement comme ça tout seul sans explication que ça ne méritait pas un paragraphe. Il y a bien entendu, plein d'autres choses en dehors des programmes qui ont été dites sur le sujet. Je vous invite notamment à écouter cette soirée organisée par l'April sur le thème des logiciels libres, où 5 représentants de candidats étaient présents. Mais je ne pouvais pas tout traiter en un seul billet et comme il fallait quand même que je publie avant le premier tour, je me suis arrêtée là.
Je ne sais pas si cela vous aidera à choisir votre candidat mais je n'arrêtais pas de râler parce qu'aucun journaliste n'avait à un moment mis en parallèle tous les programme sur un sujet donné. Donc je me suis dit que j'allais tenter le coup, le sujet était tout trouvé. Je lance un appel si quelqu'un m'entend pour d'autres sujets!
Après tout ça, ma conclusion est que les 2 candidats qui me paraissent avoir poussé le plus loin la réflexion sont Eva Joly chez EELV et Jean-Luc Mélenchon pour le FdG. Notamment quand on fouille un peu leurs sites on trouve beaucoup de choses intéressantes, je n'ai pas tout cité ici il faut voir la pièce jointe, qui montrent qu'il y a reflexion. L'initiative qui me plait le plus étant ce wiki du front de gauche du numérique. Après je vous invite à lire le reste des programmes, même si c'est pas toujours facile c'est très instructif.
Et quoi qu'il advienne pour cette élection, je pense que la lutte n'est pas finie, elle sera plus[5] ou moins[6] facile en fonction de qui sera élu mais pas terminée. Je vous donne donc rendez-vous sur ce blog et dans les luttes à venir car je pense vraiment qu'internet, les logiciels libres et tout ce qui va avec représentent un outil puissant pour notre démocratie.

Notes

[1] Ce titre est une référence à cette note de Martin Vidberg, comme j'avais pas d'idée de titre j'ai trouvé ça approprié. D'autant que là c'est moi qui m'invite vraiment vu que personne ne me demande mon avis!

[2] non non les chevilles vont bien ;-)

[3] si si je vous assure c'est une synthèse

[4] si vos yeux ont louché vers votre compte facebook ouvert sur l'onglet d'à côté c'est normal

[5] si par exemple c'est Jean-Luc Mélenchon

[6] si on garde le même

Mlle Ellute

Author: Mlle Ellute

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (6)

elbereth elbereth ·  08 avril 2012, 11:56

Merci pour l'analyse :) !
Par contre il me semble que c'est Mélenchon et pas Mélanchon.

Pour ce qui est de comparer les programmes le journal Le Monde propose un comparateur de programmes qui synthétise toutes les déclarations ou points de programme par candidat et par thème (économie, écologie, etc).
C'est pas très détaillé mais bien utile quand même pour se donner un avis général sur le candidat :) !
Le Monde a également envoyé un questionnaire sur l'écologie à tous les candidats et en publie les réponses.

Bonne journée et attention sur le chocolat ;) !

Mlle Ellute Mlle Ellute ·  08 avril 2012, 12:38

Faute corrigée... Je connaissais pas le comparateur du Monde, je vais aller voir.

dan29000 dan29000 ·  08 avril 2012, 15:08

Excellent article...En dehors du Monde, il y a qq articles comparant les programmes des candidats sur divers sujets (hélas j'ai pas noté les sources), étant, comme bcp de Français peu passionné par cette campagne hors-sol...En tout cas une très bonne id d'avoir fait ce comparatif sur ce sujet. Perso, je pense qu'il est clair qu'EELV a toujours été en pointe sur Hadopi, copyleft, gratuité, biens communs, partage, décroissance, tout cela étant un peu lié pour ceux qui se servent encore de leurs cerveaux...etc...On pourrait presque dire que c inscrit dans le code source des écolos...
Bien d'accord avec le dernier paragraphe, quelque soit le sujet, et surtout quelque soit celui des deux candidats du second tour qui est élu, tout restera à faire, par les luttes, à la base. Si les élections changeaient vraiment les sociétés, cela se saurait...

Mlle Ellute Mlle Ellute ·  09 avril 2012, 14:03

Attention ma conclusion n'était pas là pour dire que les élections ne servaient à rien et j'espère qu'elle n'a pas été comprise comme ça. Pour moi il est indispensable de voter car d'une part le résultat final change quand même la donne sur l'avenir, d'autre part même si on vote pour un candidat qui n'est pas élu le poids qu'on lui donne a une influence. Il faudra lutter mais on a quand même plus ou moins de chance de réussite en fonction du résultat.

Thomas Pierre Thomas Pierre ·  10 avril 2012, 14:29

on peut se référer aussi au discours du Bataclan de Mélenchon sur la culture :

<iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="http://www.dailymotion.com/embed/vi..."></iframe><br /><a href="http://www.dailymotion.com/video/xp..." target="_blank">J.-L. M&eacute;lenchon - Discours sur la Culture</a> <i>par <a href="http://www.dailymotion.com/lepartid..." target="_blank">lepartidegauche</a></i>

et aussi, pour ce qui est du PCF

"Pour une appropriation populaire des médias"

http://www.pcf.fr/sites/default/fil...

Il me semble que le problème n'est pas tant la sophistication plus ou moins aboutie des programmes mais le point de vue de fond : dans un monde dominé par les puissances financières quel positionnement à tel ou tel candidat par rapport à la marchandisation des idées. On peut avoir un positionnement très libéral sur Internet, et défendre en même temps le pouvoir de l'argent en éludant l'accès à la culture pour tous (en la réservant en fait à petit nombre de privilégiés, fussent-ils internautes, et produisant une sous-culture de masse pour les autres). Il est bien évident par contre que le contrôle sécuritaire des "classes dangereuses" et la recherche de solutions pour maintenir les profits des majors des médias entre en contradiction avec les pratiques du net d'autant plus si d'autres acteurs y trouvent leur profit. Mais c'est toujours le capitalisme, comme la mer, toujours recommencé et toujours différent
Il me semble qu'on ne peut séparer la liberté sur le net et l'accès de tous à la culture qui signifie éducation, de meilleurs salaires, du temps libre...

A part ça je ne pense pas que créer une plate-forme publique internet comme le propose Mélenchon signifie créer un monopole public. Il s'agit plutôt de créer un opérateur public capable de promouvoir du service public sur le net, à côté des opérateurs privés, comme on fait de l'ingénierie publique pour que les collectivités locales ne soient pas seules face aux majors du BTP.

Piyou Piyou ·  13 avril 2012, 15:35

Merci à Melle Ellute pour cet article.

L'originalité du libre, c''est d'une part d'avoir une idée, des principes, et d'autre part de les mettre en pratique, jour après jour, de petits actes en plus grands, sans perdre de vue les principes de départ.

Au sujet d'un service public de téléchargement, à signaler un article de la revue Regards du mois d'avril, un entretien entre Sophie Duvauchelle du Front de gauche numérique et Philippe Aigrain de la quadrature du net.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.


À voir également

TTIP : La démocratie gênerait-elle le libre échange ?

Je vous disais dans ce billet qu'ACTA, qu'on avait dégagé, tentait de revenir en douce. En réalité c'est un petit peu plus grave que ça. Vous avez sûrement entendu parlé de l'accord de libre échange aussi appelé TTIP ou TAFTA ? Mais si rappelez vous il y a même pas un mois, suite à la découverte[1] que la Commission Européenne était sur écoute des États-Unis, les gouvernements européens ont crié au scandale en disant, je résume : «puisque c'est comme ça on bloque les négociations sur l'accord de libre échange». Je vous rassure ils ont crié un peu mais c'était juste pour la gloire, les négociations ont bien démarré la semaine dernière. Le problème est que cet accord va encore une fois être négocié dans les ombres de la Commission Européenne, en dehors de tout contrôle démocratique. En tout cas c'est ce qui est annoncé sur leur site : ici. La CE va négocier et à la fin seulement le parlement aura le droit de dire s'il est d'accord ou pas... même processus que pour ACTA. Donc, ce week-end j'ai décidé d'envoyer un «petit» mail aux députés Européens de ma circonscription (France, Sud-Est) pour leur faire part de mes inquiétudes et leur demander d'agir pour que le parlement soit inclus dans le processus de négociation. Note [1] je vous jure, y'en a en les entendant on aurait cru que c'était la découverte du siècle que les États-Unis écoutait plus ou moins illégalement le reste du monde...

Lire la suite

Dire NON à ACTA

Ouh là là je viens de voir la date du dernier billet mis en ligne ça ne date pas d'hier. Alors pour commencer : Bonjour à tous, Cela fait donc plus d'un an que je n'avais pas écrit. Je salue donc tous ceux qui liront ce billet et je les remercie d'avance de n'avoir pas cru à ma mort. Pour les nouveaux lecteurs, bien le bonjour à vous et ravie de rencontrer (façon de parler mais quand même ravie). Et donc je me dresse hors de ma tombe pour reprendre... ... à peu près là où j'en étais restée c'est-à-dire avec nos élus car c'est cette fois un mail à nos députés européens dont je vais vous faire part. Sauf que depuis le temps a un peu passé et les priorités du moment évolué. La ligne de front a bougé. Aussi je vous présente le combat du moment ACTA.[1] ACTA est un accord commercial entre les pays signataires pour lutter contre les contre-façons et le piratage. Déjà vous commencez à flairer l'arnaque. Depuis HADOPI, quand on voit «lutte contre le piratage» on se méfie. Sauf qu'à côté d'ACTA, HADOPI faisait figure de jouet pour môme. Là on passe dans la cour des grands, c'est à l'échelle internationale que ça se joue. Cet accord, si il a déjà été ratifié par certains pays, doit encore être signé par l'Union Européenne et pour ce faire, accepté par le Parlement Européen si j'ai bien tout compris. Et c'est là qu'on intervient. Avant le vote proprement dit par le parlement une commission (la commission INTA) doit présenter un rapport et un avis, favorable ou défavorable. Et c'est pourquoi j'ai écrit aux députés européens français[2] pour leur faire part de mes inquiétudes sur ce traité. Je publie donc ici le contenu du mail que je leur ai envoyé. Si des fois vous souhaitez en savoir plus sur ACTA je vous invite : À lire la dernière version du traité publié entre autres ici À consulter le dossier réalisé par la quadrature du net sur le sujet Sur ce, bonne lecture : Notes [1] Anti-Counterfeiting Trade Agreement, en français dans le texte : Accord Commercial Anti-Contrefaçon mais admettez que ACAC ça sonne quand même vachement moins bien [2] bêtement pas encore eu le courage de traduire mon mail en anglais pour écrire aux autres

Lire la suite