Le paradoxe Google

Si je vous dit «Google» évidemment vous savez tous ce que c'est. Tout le monde ayant une connexion Internet (et même parfois sans) a entendu parler de Google. Et une grande majorité des internautes l'utilisent comme moteur de recherche [sources : les parts de marche de google dans le monde], sans parler du mail, de l'agenda, du partage de photos et bientôt du navigateur internet et du système d'exploitation. Et pourtant il y a 10 ans Google n'existait même pas. Comment est-il possible qu'ils aient conquis Internet à ce point là et en aussi peu de temps.

Je vais présenter ici quatre éléments de réponse qui m'ont semblé importants. Les trois premiers sont inhérents à Google et le quatrième complètement indépendant de Google en lui-même mais non moins crucial.

Un système efficace

Le premier élément de réponse que je vois est que leurs produits sont bons. En premier lieu, le moteur de recherche est très efficace. Il est bien rare de ne pas trouver ce qu'on cherche dans la première page de résultats présentée. Bien sûr on tombe plus facilement sur les «gros» sites que sur les petits; car le principe (simplifié) de tri du moteur de recherche est que plus il y de lien pointant vers un site plus ce site doit être intéressant donc plus il apparait haut dans les résultats. Ce qui est un peu un cercle vicieux car plus un site est connu plus il va y avoir de lien vers ce site. Cependant je trouve personnellement que le système marche plutôt bien. Ensuite on peut parler de la messagerie Gmail qui est elle aussi très efficace. Par exemple elle intègre le moteur de recherche de Google il est donc très facile de retrouver ses mails. Le système de tags des mails qui permet de ranger chaque mail dans une ou plusieurs catégorie est très utile aussi, de même que le classement des mails par conversation : tous les mails qui répondent à un mail de départ (à conditions que l'objet n'ai pas été modifié) sont regroupés sur une même ligne dans la page d'accueil et peuvent être lu les uns à la suite des autres; c'est très efficace pour suivre une conversation par mail. Je n'ai pas testé tous les outils proposés par Google mais il me semble qu'ils sont dans l'ensemble très efficaces et c'est évidemment un point essentiel de la réussite de Google.

Un modèle économique

Le deuxième point à prendre en compte est sans doute leur «modèle économique» (formule très à la mode pour désigner la façon qu'a une entreprise de gagner, ou perdre, de l'argent). En effet, Google propose ses services gratuitement aux utilisateurs (peut-être un cas particulier doit être fait pour Chrome OS) et fait payer aux entreprises l'affichage de liens publicitaires lorsque l'utilisateur tape un mot clé dans l'un des outils Google. Ces liens sont présentés à part des résultats classiques de la recherche avec la mention «liens commerciaux» mais ils sont tout de même très visibles. Je suppose qu'il doit y avoir plusieurs tarifs car certains sont plus visibles que d'autres. Par exemple sur le moteur de recherche en tapant livres on obtient l'affichage suivant (j'ai encadré en rouge les emplacements de liens commerciaux):
Google
Ces liens commerciaux sont présents dans d'autres outils Google comme la messagerie ou GoogleMaps. Au final ce que vend Google et ce qui le fait vivre ce sont des mots. L'entreprise qui achète le mot «livre» en français verra un lien vers son site apparaitre sur la première page du moteur de recherche dès que l'utilisateur tapera «livre». Et les mots ce n'est pas ça qui manque dans toutes les langues utilisées par Google, on imagine donc que ça peut être une activité très rentable.

Un modèle d'entreprise original

Le dernier point qui interpelle (enfin qui m'a interpelé jusqu'ici) quand on parle de Google c'est leur modèle d'entreprise. Il existe divers reportages accessibles sur la toile à ce sujet. Celui que j'ai vu et sur lequel je me base pour écrire est «Google la machine à penser» (partie 1 - partie 2 - partie 3 - partie 4). Toutes les idées présentées ici ne sont, à mon avis, pas bonnes à prendre mais il y en a que je trouve intéressantes comme la règle des 20%. Chez Google, les ingénieurs ont 1 jour par semaine (ou 20% de leur temps) pour travailler sur le projet qu'ils veulent. Je n'ai pas réussi à savoir si le produit de ces 20% appartient obligatoirement à Google, j'ai l'impression que si Google le réclame alors c'est le cas mais qu'ils ne le font pas systématiquement mais je ne suis sure de rien. Ce qui est sûr c'est que c'est une source d'innovation très puissante pour Google, Google Earth ou Gtalk auraient été développés par ce biais.
Une autre idée qui me semble intéressante est la place accordée au partage d'information au sein de l'entreprise. Je n'ai pas beaucoup de détail sur le sujet mais au vu du reportage et d'autres articles il semble que cet aspect soit beaucoup mis en avant.

Où l'on reparle de neutralité du réseau

Voilà pour les 3 point inhérent au «système Google» qui sont généralement présentés comme les éléments clés de leur réussite. Le dernier point dont je souhaitais parler est indépendant de Google mais absolument essentiel : il s'agit de la neutralité du réseau. En effet au départ Google n'existe pas mais il y a déjà des moteurs de recherche (Altavista, Yahoo par exemple) qui étaient bien installé en situation de quasi oligarchie. Google a pu s'incruster parce que tout le monde pouvait avoir accès à Google. Si le réseau n'avait pas été neutre on aurait pu imaginer une situation ou Yahoo par exemple aurait bloqué l'accès au site de Google. Les «grands» déjà en place aurait pu verrouiller le réseau pour empêcher cette concurrence inopportune. Au passage on voit donc un aspect important de la neutralité du réseau qui est de permettre à chacun d'y proposer ses idées et ses services. Pour dire ça autrement elle permet une concurrence libre et non faussée. Pour le dire encore autrement elle donne la liberté du choix aux utilisateurs. (Je propose que chacun voit midi à sa porte dans l'interprétation)

Le pouvoir de Google

Le problème ici c'est que l'idée de départ est tellement bonne qu'elle s'est imposée partout et Google est, pour ainsi dire, devenu «LE» moteur de recherche sur Internet. Et cela lui donne un pouvoir énorme. En effet, l'accès à Internet s'étant généralisé, la masse d'information disponible s'est accrue considérablement et il devient quasiment impossible de trouver une information sans l'aide d'un moteur de recherche. Ce qui signifie que le moteur de recherche a la maîtrise de l'information vue par ses utilisateurs. Si un jour Google veut prendre le pouvoir sur la toile il en a la possibilité. A ce sujet je vous conseille d'ailleurs l'article de Tim O'Reilly «La guerre du web», dont une traduction a été faite par Framablog, où il projette ce que pourrais être une guerre pour la domination du web.

Le paradoxe

Là où Google devient une sorte de paradoxe c'est que pour l'instant ils respectent le principe qui leur a permis de se développer c'est-à-dire la neutralité du réseau voire ils la défendent (avec des exceptions notable dans les pays où Internet est censuré comme la Chine, où Google a préféré censurer les résultats des recherches plutôt que d'être interdit). Leur devise est «Don't be Evil» et pour l'instant ils la respectent. Par exemple ils utilisent le protocole Jabber pour le service de chat intégré à gmail (Gtalk). Ce qui veut dire que vous pouvez discuter avec quelqu'un qui a un compte gmail dès l'instant où vous avez un compte Jabber même si vous n'avez pas de compte chez Google. C'est impossible avec MSN : il vous faut obligatoirement un compte MSN pour pouvoir «chatter» avec quelqu'un sur MSN. Pourquoi cette ethique de la part d'une grande multinationale? Une part de la réponse tient probablement au fait que ce sont toujours les 2 geeks du départ qui sont à la tête de Google. Ils ont gardé une proximité avec le monde du logiciel libre mais pour combien de temps.

Ce qui reste à faire

La question qui pourrait se poser maintenant est «Combien de temps cela va-t-il durer?». Mais personnellement je préfère poser la question suivante : «Que faire pour que cela dure ?».
Ma première réponse est qu'il faut surveiller que Google continue de respecter son éthique. Il ne faut jamais oublier que Google ne marche que parce qu'il y a des gens qui l'utilisent même si c'est gratuit. Par conséquent il nous appartient de surveiller Google et d'avoir le Google que nous voulons. Pour cela il faut le leur faire savoir si leur politique ne nous plait pas. Voici à cette fin un lien où on trouve l'adresse de leur siège sociale et leur adresse française. J'insiste sur le fait d'écrire car je pense qu'arrêter d'utiliser les services tout seul dans son coin sans qu'ils le sachent risque de passer inaperçu.
La deuxième solution est probablement de soutenir les moteurs de recherche concurrents et qui ont une éthique qui nous convient. À titre d'information je vous donne l'adresse de quelques moteurs de recherche en vrac :

  • Exalead : un moteur de recherche européen (ce que ça veut dire reste à définir)
  • Altavista : un ancien
  • Seeks : un libre[1]
  • Bing : le moteur de recherche de Microsoft (je le met juste par acquis de conscience mais vous êtes pas obligés)

Il en existe peut-être d'autres et je serai ravie de les connaitre.

Pour conclure ce billet je dirai juste que même si Google reste très efficace je pense être plus vigilante à l'avenir quand à l'utilisation intensive et au «tout Google»
Mlle Ellute

Note

[1] edit le 21 octobre 2012

Mlle Ellute

Author: Mlle Ellute

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (2)

Ronon Ronon ·  14 octobre 2012, 23:58

Juste pour dire pour le moteur de recherche je pense que tu voulais parler de seeks (et non seek) http://www.seeks.fr/ http://fr.wikipedia.org/wiki/Seeks. Seeks (avec un s pas l'autre qui est une marque déposé et m'a l'air commercial) est libre sous GPLv3. Personnellement je le trouve aussi efficace que Google (voire plus dans certains cas).
On peut citer aussi Duckduckgo dont le but principal est la protection et anonymat des données.

Mlle Ellute Mlle Ellute ·  21 octobre 2012, 08:40

@Ronon :En effet il semble que je me sois trompée, merci pour l'info. Je corrige.

Ronon Ronon ·  14 octobre 2012, 23:58

Juste pour dire pour le moteur de recherche je pense que tu voulais parler de seeks (et non seek) http://www.seeks.fr/ http://fr.wikipedia.org/wiki/Seeks. Seeks (avec un s pas l'autre qui est une marque déposé et m'a l'air commercial) est libre sous GPLv3. Personnellement je le trouve aussi efficace que Google (voire plus dans certains cas).
On peut citer aussi Duckduckgo dont le but principal est la protection et anonymat des données.

Mlle Ellute Mlle Ellute ·  21 octobre 2012, 08:40

@Ronon :En effet il semble que je me sois trompée, merci pour l'info. Je corrige.

Aucune annexe



À voir également

Wikipédia : combattre ou apprivoiser la bête [épisode 2]

Voici le deuxième article à propos de la célèbre encyclopédie. Je m'étais arrêtée la dernière fois à la définition de Wikipédia (qui était déjà assez longue j'en conviens, ...) et je vais essayer de continuer aujourd'hui sur le sujet avec mes réflexions sur l'attitude des « gens[1] » face à ... La Bête. L'appellation m'est venue car j'ai le sentiment que les réactions vis à vis de Wikipédia peuvent être comparées à celle que l'on aurait face à, par exemple, un gros chien : on en a peur et on l'évite, on le combat[2], ou on peut tenter de l'apprivoiser. Et bien, j'ai l'impression que Wikipédia fait un peu le même effet et l'exemple le plus flagrant semble être celui des enseignants. Notes [1] terme générique mais faux tant il est évident que je ne connais pas la réaction de tout le monde vis à vis de Wikipédia [2] dans le cas du chien ce n'est peut-être pas la meilleure solution

Lire la suite

Wikipédia l'Incontournable [épisode 1]

C'est un vaste sujet que celui auquel je m'attaque aujourd'hui car il y a énormément de choses à dire (tellement qu'il m'a fallu un moment pour m'apercevoir que je ne pourrai pas tout dire d'un coup) et de questions à se poser sur « le phénomène Wikipédia ». Car c'est bien un phénomène si l'on regarde, par exemple, la troisième définition de mon dictionnaire : phénomène nm 3. tout ce qui apparaît comme remarquable, nouveau, extraordinaire

Lire la suite